Septembre ! Septembre !

Cueilleur de fruits, teilleur* de chanvre,

Aux clairs matins, aux soirs de sang,

Tu m’apparais

Debout et beau,

Sur l’or des feuilles de la forêt,

Au bord de l’eau.

En ta robe de brume et de soie,

Avec ta chevelure qui rougeoie

D’or, de cuivre, de sang et d’ambre

Septembre !

Avec l’outre de peau obèse,

Qui charge tes épaules et pèse,

Et suinte à ses coutures vermeilles

Où viennent bourdonner les dernières abeilles !

Septembre !

Le vin nouveau fermente et mousse de la tonne

Aux cruches ;

La cave embaume, le grenier ploie ;

La gerbe de l’été cède au cep de l’automne,

La meule luit des olives qu’elle broie.

Toi, Seigneur des pressoirs, des meules et des ruches,

O Septembre ! chanté  de toutes les fontaines,

Ecoute la voix du poème.

Le soir est froid,

L’ombre s’allonge de la forêt

Et le soleil descend derrière les grands chênes.

Septembre

Le mois de septembre, mois des vendanges, à côté du domaine royal de Saumur, château de Louis II d’Anjou, roi de France.

 * Celui qui bat, qui broie la tige des plantes textiles (lin, chanvre) pour séparer les parties ligneuses de la fibre.